Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 52 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Vous êtes ici :   Accueil » Les Nouvelles Lettres (1938-1939)
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.revues-litteraires.com/data/fr-articles.xml

- Les Nouvelles Lettres (1938-1939)
« Revue littéraire paraissant six fois par an »
Paris (13, rue de Savoie, [75006]). In-8 (220x   ), br. / Bimensuel puis mensuel
Dir. : Jean Le Louët / Adm. : Henri Louis-Mill et Marc du Plantier
7 numéros en 7 livraisons du n° 1 (1er juin 1938) au n° 7 (1er mai 1939)

Part. : Pierre Albert-Birot, Bertrand d’Astorg, Thérèse Aubray, Jacques Audiberti, Lucien Becker, José Bergamin, Jean de Bosschère, Joë Bousquet, René-Guy Cadou, Jean Cayrol, Georges-Emmanuel Clancier, Pierre Emmanuel, Jean Follain, Pierre-Jean Jouve, Pierre Klossowski, René Lacôte, Jean Le Louët, Henri Louis-Mill, Michel Manoll, Fernand Marc, Jacques Maritain, Gaëtan Picon, Rolland-Simon, André Salmon, André Silvaire, Jules Supervielle, Jean Vagne, Jean Wahl, …

Bibl. : [ISSN : / . Impr. Uhl-Fournier (Paris).
Cf. une autre revue dirigée par Jean Le Louët (1914-19. .) :

« En ce printemps parisien 1939, j’avais plaisir à me compter parmi les poètes que publiaient Les Nouvelles Lettres et à me rendre de temps à autre au siège de la revue. Elle avait été fondée deux ans auparavant sous le parrainage de Jacques et Raïssa Maritain […] et ils avaient choisi pour la diriger un jeune poète, Jean Le Louët, qui savait, dans ses choix littéraires, se garder de tout dogmatisme. […] Dans les sommaires de la revue, je remarquais des poèmes de Pierre Emmanuel dont les Cahiers du Sud m’avaient déjà révélé le souffle lyrique. J’espérais qu’un jour ou l’autre nous nous rencontrerions lors d’une des réunions auxquelles Le Louët conviait ses auteurs. Je souhaitais beaucoup également découvrir quel visage et quelle allure – que je me plaisais à supposer étranges – pouvait avoir Jean de Boscchère dont le roman, Le Poison de Diane, publié par tranches successives, de numéro en numéro, à la fois m’irritait et me fascinait ».
(Georges-Emmanuel Clancier, Le temps d’apprendre à vivre. Mémoires (1935-1947), Albin Michel, 2016, p. 127 et 130).
Selon Georges-Emmanuel Clancier, la revue aurait été soutenue par un couple de mécènes « le peintre Marc du Plantier et Anne son épouse ».

- Tables in n° 6 (mars-avril 1939)
- Admussen, n° 151, p. 85
- Midi, n° 34, mai 2011
- Georges-Emmanuel Clancier, Le temps d’apprendre à vivre. Mémoires (1935-1947), Albin Michel, 2016, p. 127- 131
[Arsenal : 8-JO-22615] [BnF : (MFICHE) 8- Z- 28067]

- Les Nouvelles Lettres (1938-1939)
« Revue littéraire paraissant six fois par an »
Paris (13, rue de Savoie, [75006]). In-8 (220x   ), br. / Bimensuel puis mensuel
Dir. : Jean Le Louët / Adm. : Henri Louis-Mill et Marc du Plantier
7 numéros en 7 livraisons du n° 1 (1er juin 1938) au n° 7 (1er mai 1939)

Part. : Pierre Albert-Birot, Bertrand d’Astorg, Thérèse Aubray, Jacques Audiberti, Lucien Becker, José Bergamin, Jean de Bosschère, Joë Bousquet, René-Guy Cadou, Jean Cayrol, Georges-Emmanuel Clancier, Pierre Emmanuel, Jean Follain, Pierre-Jean Jouve, Pierre Klossowski, René Lacôte, Jean Le Louët, Henri Louis-Mill, Michel Manoll, Fernand Marc, Jacques Maritain, Gaëtan Picon, Rolland-Simon, André Salmon, André Silvaire, Jules Supervielle, Jean Vagne, Jean Wahl, …

Bibl. : [ISSN : / . Impr. Uhl-Fournier (Paris).
Cf. une autre revue dirigée par Jean Le Louët (1914-19. .) :

« En ce printemps parisien 1939, j’avais plaisir à me compter parmi les poètes que publiaient Les Nouvelles Lettres et à me rendre de temps à autre au siège de la revue. Elle avait été fondée deux ans auparavant sous le parrainage de Jacques et Raïssa Maritain […] et ils avaient choisi pour la diriger un jeune poète, Jean Le Louët, qui savait, dans ses choix littéraires, se garder de tout dogmatisme. […] Dans les sommaires de la revue, je remarquais des poèmes de Pierre Emmanuel dont les Cahiers du Sud m’avaient déjà révélé le souffle lyrique. J’espérais qu’un jour ou l’autre nous nous rencontrerions lors d’une des réunions auxquelles Le Louët conviait ses auteurs. Je souhaitais beaucoup également découvrir quel visage et quelle allure – que je me plaisais à supposer étranges – pouvait avoir Jean de Boscchère dont le roman, Le Poison de Diane, publié par tranches successives, de numéro en numéro, à la fois m’irritait et me fascinait ».
(Georges-Emmanuel Clancier, Le temps d’apprendre à vivre. Mémoires (1935-1947), Albin Michel, 2016, p. 127 et 130).
Selon Georges-Emmanuel Clancier, la revue aurait été soutenue par un couple de mécènes « le peintre Marc du Plantier et Anne son épouse ».

- Tables in n° 6 (mars-avril 1939)
- Admussen, n° 151, p. 85
- Midi, n° 34, mai 2011
- Georges-Emmanuel Clancier, Le temps d’apprendre à vivre. Mémoires (1935-1947), Albin Michel, 2016, p. 127- 131
[Arsenal : 8-JO-22615] [BnF : (MFICHE) 8- Z- 28067]

Fermer Fermer


Date de création : 27/08/2015 12:16
Catégorie : -
Page lue 1505 fois

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Recherche
Recherche

Copyright 2010-2017 - http://www.revues-litteraires.com
|
|
|