Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 61 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Vous êtes ici :   Accueil » Rythme et Synthèse (1919-1925)

- Rythme et Synthèse (1919-1926)
« Revue mensuelle »
Paris (77, rue de Lille, [75007]).
Paris (15 bis, rue Amélie, [75007]).
Paris (59, rue Lepic, [75018]). Éditions Rythme et Synthèse.
In-8 (230x140) / 10 fois par an (1919-1924) / 6 fois par an (1924-1925)
Fond. : Charles Cousin, Paul Jamati et Georges Jamati /
Comité de dir. : Noël Bueau, Paul Jamati, René Morand [n° 1-14] /
Dir. : Paul et Georges Jamati [n° 15-30] / Paul Jamati [n° 31-40] / Noël Bureau [n° 41-50] /
Comité de dir. : Noël Bueau, Paul Jamati, René Morand [n° 51-56] /
Réd. en chef : Noël Bureau / Gérant A. Goussard
56 numéros dont 1 double en 55 livraisons du n° 1 (novembre 1919) au n° 55-56 (novembre-décembre 1925) et 1 numéro hors série (1926)

Part. : Mme Ackermann, Paul Adam, Akakia-Viala, Fred A. Angermayer, P.-N. Autant, Autant-Lara, Constantin Balmont, Marcel Batilliat, Nicolas Beauduin, N. Berthonneau, Gabriel Brunet, Ferdinand Brunot, Valère Brussov, Noël Bureau, Jean Cassou, Paul Castiaux, L. Charles-Baudouin, Henry Charpentier, Emile Cottinet, Jean de Cours, Charles Cousin, Daru, Lucie Delarue-Mardrus, Pierre Devoluy, Fernand Divoire, Edouard Dujardin, Max Elskamp, Zabel Essayan, Lucien Fabre, Florian-Parmentier, André Fontainas, C. Fusil, René Ghil, Armand Got, Jean de Gourmont, Marcel Gromaire, Georges Hain, Augustin Hamon, Henriette Hamon, André Harlaire, André-Ferdinand Hérold, Henri Hertz, Alexandra de Holstein, Alexis de Holstein, Gabriel Huan, Jane Hugard, Joris-Karl Huysmans, Halina Izdebska, Georges Jamati, Paul Jamati, Marius-Ary Leblond, Sébastien-Charles Leconte, Raoul Lecoutour, Népomucène Lemercier, Sadia Lévy, Stéphane Mallarmé, Dr J.C. Mardrus, Marcel Martinet, Georges Matisse, Alexandre Mercereau, Sibe Milicic, Pierre Mille, Albert Mockel, René Morand, Gaston Moreilhon, T.M. Mustoxidi, John-Antoine Nau, Antoine Orliac, Costi Palamas, Abel Pelletier, Jeanne Perdriel Vaissière, Cécile Périn, Georges Périn, Jean-Joseph Rabearivelo, Rachilde, Henri de Régnier, Tristan Rémy, Gustave Reynier, Marcel Roche, Paul-Napoléon Roinard, J.-H. Rosny aîné, Jean Royère, Saint-Pol-Roux, V. Sévouni, Shelley, Hilda de Steiger, Henri Strentz, Paul Valéry, Jean-Joseph Van Dooren, Emile Verhaeren, Francis Vielé-Griffin, Pierre Viguié, Voltaire, Gérard Walch, André Wurmser, …
Ill. : Choumoff, …

Bibl. : [ISSN : 2022-5229. Imprimerie Goussard (Melle).
En 1919, Paul et Georges Jamati fondent Rythme et Synthèse, une revue de poésie cosmique, principalement vouée à la propagation de l’esthétique de René Ghil (1862-1925).
En 1926, publication d’un numéro hors série d’« Hommage à René Ghil » [Arsenal : 8- NF- 57873 / BnF : 8- Z- 8214].
Cf. Éditions Rythme et Synthèse.


On peut lire :
- Mathieu Bénézet, « L’extrême extrémité de René Ghil », Histoires Littéraires, n° 10, avril- juin 2002, p. 10-27
- René Ghil, De la poésie scientifique & autres écrits, Ellug, 2008, 300 p. (éd. Jean-Pierre Bobillot)
- René Ghil, Les Dates et les Œuvres. Symbolisme et Poésie scientifique, Ellug, 2012, 376 p. (éd. Jean-Pierre Bobillot)
[Arsenal : 8- JO- 23479] [BnF : (MFICHE) 8- Z- 8214]


 

Rythme-et-Synthese-HS-1926-1.jpg

- Rythme et Synthèse, n° spécial, 1926 [176 p.] / « Hommage à René Ghil (1862-1925) »
[Portrait hors texte]

 

Rythme-et-Synthese-HS-1926-2.jpg

Francis Viélé-Griffin, À René Ghil (p. 3-4),
Paul Jamati, Funérailles (p. 7-13),
[Quelques hommages] Autant-Lara, P.-N. Autant et Akakia-Viala, Nicolas Beauduin, N. Berthonneau, Ferdinand Brunot (doyen de la Faculté des Lettres de Paris), Jean Cassou, Paul Castiaux, Charles Cousin, Lucie Delarue-Mardrus, Pierre Devoluy, Fernand Divoire, Edouard Dujardin, André Fontainas, Jean de Gourmont, Marcel Gromaire, Henriette et Augustin Hamon, A.-Ferdinand Hérold, Henri Hertz, Jane Hugard, Sébastien-Charles Leconte, Dr. J.C. Mardrus, Marcel Martinet, Alexandre Mercereau, Pierre Mille, Albert Mockel (de l’Académie belge), Gaston Moreilhon, Antoine Orliac, Abel Pelletier, Jeanne Perdreil-Vaissière, Cécile Périn, J.J. Rabearivelo, Rachilde, Henri de Régnier (de l’Académie française), Gustave Reynier (professeur à la Sorbonne), Paul-Napoléon Roinard, J.-H. Rosny Aîné (de l’Académie Goncourt), Saint-Pol-Roux, Henri Strentz, Paul Valéry (de l’Académie française), J.J. Van Dooren, Fred. A. Angermayer, Zabel Essayan, Halina Izdebska, Sibe Milicic, V. Sevouni, Hilda de Steiger (p. 17-49),

[Un poème inédir de René Ghil]
René Ghil, Paroles pour le mariage [Écrit pour Mademoiselle Jeanne Berthonneau et Monsieur Marcel Gromaire et dit au matin de leur Mariage, le 7 avril 1920 (Note de l’auteur)],

[Quelques lettres inédites]
Joris-Karl Huysmans [8 août 1886 / 20 mai 1887], Stéphane Mallarmé [s.d.], Emile Verhaeren [s.d.], Valère Brussov [14-27 février 1904 / 13-26 avril 1904], Paul Adam [s.d.], John Antoine Nau [21 janvier 1906], Max Elskamp [s.d.] (p. 57-66),

René Ghil, Mer montante [hors texte reproduction d’un poème manuscrit],

[Aspects]
Constantin Balmont, René Ghil, homme des sorts (p. 69-73),
Jean Royère, René Ghil mystique (p. 74),
Marius-Ary Leblond, René Ghil et la science (p. 75-77),
Marcel Batilliat, René Ghil et l’Œuvre-une (p. 78-80),
Gabriel Brunet, René Ghil poète épique (p. 81-88),
Georges Jamati, La pensée de René Ghil (p. 89-92),
Paul Jamati, Les découvertes techniques de René Ghil. L’instrumentation verbale et les rythmes évoluants (p. 93-98),
Noël Bureau, De l’intuition dans la poésie de René Ghil (p. 99-104),
Florian-Parmentier, René Ghil et son influence (p. 105-110),
Gérard Walch, René Ghil et le Pantoun des Pantoun (p. 111-118),
Alexis de Holstein, René Ghil, poète javanais (p. 119-124),
Armand Got, René Ghil, poète des écoliers (p. 125-135),
René Morand, René Ghil intime (p. 136-139),
L. Charles-Baudouin, L’isolement de René Ghil (p. 140-141),
Pierre Viguié, René Ghil au "Sublet" (p. 142-144),
Alexandra de Holstein, À René Ghil.. Souvenirs d’une collaboration et d’une très grande amitié (p. 145-151),
Jean de Cours, Adieu à René Ghil (p. 152-157),
Sadia Lévy, Kinah pour la mort de René Ghil (p. 159-160),

[La presse et la mort de René Ghil]
Journaux : L’intransigeant (Les Treize) / Le Figaro (Les Alguazils) / Comœdia (L[ouis] de G[onzague] F[rick]) / Le Temps / Le Journal (Le Chat) / L’illustration (Paul-Emile Cadihac) / Le Mémorial des Deux-Sèvres (Jacques Renaud) / Liège (Emile Dantienne) // Revues : Journal Littéraire (Florian-Parmentier) / La Vie (John Charpentier) / Mercure de France (Jean Royère et R. de Bury) / Le Monde Nouveau (Marcello-Fabri) / Montparnasse (Paul Husson) // La Presse étrangère (La Semaine Littéraire, Le Canada, Il Dario, Privar, Nor Lour, La Renaissance Russe, Les Dernières Nouvelles, Feuillets Littéraires, Gochnak, …) (p. 163-168),
***, Bibliographie [Vers / Prose / Traductions / Poésies mises en musique / Récitations / Conférences / Théâtre / Collaborations / Iconographies / À consulter] (p. 169-175),
***, Tables des Matières (p. 177-178).


Note(s) :
« Il a été tiré de ce numéro spécial 10 exemplaires sur hollande, hors commerce, 60 exemplaires sur vergé alfa, à 10 francs 1.000 exemplaires sur vélin bouffant, à 5 francs ».

- Armand Got, René Ghil, poète des écoliers (p. 125-131) donne à la fin de son étude quatre poèmes de René Ghil suivis de ses commentaires : « Le chant du pêcheur de sardines », « La Ronde du filet », « Petit Pantoum des douze mois » et « Berceuse d’après-midi ».

    « Un soir, on lui demande de réciter sa "Danse aux violons", son "Chant du batelier", et le voici debout, le lorgnon aux doigts. Il a les épaules solides, les cheveux noirs et fournis, du plaisir aux yeux ; discrète mais marquée, la cadence du pied soutient la voix musicale, et les mots prennent leur vie, et l’arabesque s’inscrit. Le poème éteint, chacun se sent en état de grâce. Mais le voilà mis en goût, il ferme son livre et propose de lire des vers de Georges Fourest. Charmants et cocasses dans leur solennité, ils font rire, et lorsque René Ghil prononce : "Et pas de René Ghil, ça me f… mal aux dents", il s’arrête soudain pour essuyer des larmes de joie.
    Il y eut aussi des récitations de poèmes de Mallarmé où l’on entendit "Brise marine", "Le cygne", d’autres…
    Un dimanche, ceux qui avaient collaboré à un Hommage à René Ghil, plaquette tirée à petit nombre et que motiva son 60e anniversaire, lurent les poèmes qu’ils lui avaient dédiés. Je revois la modestie émue de son maintien devant cette affectueuse démarche d’admiration où il trouvait la preuve que sa philosophie, la haute qualité de son lyrisme, ses théories poétiques avaient rejoint de nombreuses sensibilités
[…] »
(René Morand, « René Ghil intime », Rythme et Synthèse, n° spécial, 1926, p. 138-139).

Éditions Rythme et Synthèse :
- Paul Jamati, Le vent de guerre, poème symphonique, précédé d'une préface et suivi de deux études, Éd. Rythme et Synthèse, 1921, 56 p.
- Gaston Moreilhon, Au pays des guignols et des marionnettes, t. I. La vision du petit homme, Éd. Rythme et Synthèse, 1922, p.
- [collectif], Hommage à René Ghil (27 septembre 1922), Éd. Rythme et Synthèse, 1922, 38 p. Par huit poètes et trois xylographes [25 ex. h.c.]
- Alexis de Holstein, In Memoriam, 18 février 1917, Éd. Rythme et Synthèse, 1923, 44 p.
- Hilda de Steiger, L’autel inachevé, Éd. Rythme et Synthèse, 1924, 91 p. Préface de René Ghil
- Noël Bureau, Ruptures, Éd. Rythme et Synthèse, 1925, 133 p. Ill. Marcel Gromaire
- Paul Jamati, Petite suite pour Monique morte, Éd. Rythme et Synthèse, 1925, 40 p.
- Jane Hugard, Poèmes bleus teintés de gris, Éd. Rythme et Synthèse, 1926, 57 p.

Rythme-et-Synthese-HS-1926-3.jpg

***

   « Il me souvient que Verlaine me parla, sans compréhension générale d’ailleurs, des vers à pieds impairs. C’était un commentaire amusant, à grands gestes terribles soudain, de son poème : "Art Poétique", qu’il me parut comprendre lui-même, surtout comme un acte d’irrévérence, à peine de révolte, envers le Parnasse pour lequel il eut de dures expressions. Puis il s’emporta, l’orage monta parmi la monstrueuse face,– et il invectiva Mendès de qui le succès l’énervait, il se compara à François Coppée et le railla amèrement.
Et tout à coup, gamin, il endossa son pardessus, prit sa canne et son chapeau mou, malmené :


- Maintenant, on va prendre quelque chose, me dit-il.

Et, malgré mes dénégations, il m’entraînait devant le comptoir et, quand il m’eût présenté au ‘patron’ : "Jeune poète, vous savez !", il commanda du vin :

- Et pas du broc, hein ! ponctua-t-il d’un coup de poing retentissant. Du vin de la bouteille !

Il remarqua hélas mon verre resté plus qu’à demi-plein et le vider me sauva seulement de sa colère ! […] »
(René Ghil, Les Dates et les Œuvres. Symbolisme et Poésie scientifique, Ellug, 2012 (éd. Jean-Pierre Bobillot), [IV. Quatre visites à Verlaine, p. 122-123]

- Rythme et Synthèse (1919-1926)
« Revue mensuelle »
Paris (77, rue de Lille, [75007]).
Paris (15 bis, rue Amélie, [75007]).
Paris (59, rue Lepic, [75018]). Éditions Rythme et Synthèse.
In-8 (230x140) / 10 fois par an (1919-1924) / 6 fois par an (1924-1925)
Fond. : Charles Cousin, Paul Jamati et Georges Jamati /
Comité de dir. : Noël Bueau, Paul Jamati, René Morand [n° 1-14] /
Dir. : Paul et Georges Jamati [n° 15-30] / Paul Jamati [n° 31-40] / Noël Bureau [n° 41-50] /
Comité de dir. : Noël Bueau, Paul Jamati, René Morand [n° 51-56] /
Réd. en chef : Noël Bureau / Gérant A. Goussard
56 numéros dont 1 double en 55 livraisons du n° 1 (novembre 1919) au n° 55-56 (novembre-décembre 1925) et 1 numéro hors série (1926)

Part. : Mme Ackermann, Paul Adam, Akakia-Viala, Fred A. Angermayer, P.-N. Autant, Autant-Lara, Constantin Balmont, Marcel Batilliat, Nicolas Beauduin, N. Berthonneau, Gabriel Brunet, Ferdinand Brunot, Valère Brussov, Noël Bureau, Jean Cassou, Paul Castiaux, L. Charles-Baudouin, Henry Charpentier, Emile Cottinet, Jean de Cours, Charles Cousin, Daru, Lucie Delarue-Mardrus, Pierre Devoluy, Fernand Divoire, Edouard Dujardin, Max Elskamp, Zabel Essayan, Lucien Fabre, Florian-Parmentier, André Fontainas, C. Fusil, René Ghil, Armand Got, Jean de Gourmont, Marcel Gromaire, Georges Hain, Augustin Hamon, Henriette Hamon, André Harlaire, André-Ferdinand Hérold, Henri Hertz, Alexandra de Holstein, Alexis de Holstein, Gabriel Huan, Jane Hugard, Joris-Karl Huysmans, Halina Izdebska, Georges Jamati, Paul Jamati, Marius-Ary Leblond, Sébastien-Charles Leconte, Raoul Lecoutour, Népomucène Lemercier, Sadia Lévy, Stéphane Mallarmé, Dr J.C. Mardrus, Marcel Martinet, Georges Matisse, Alexandre Mercereau, Sibe Milicic, Pierre Mille, Albert Mockel, René Morand, Gaston Moreilhon, T.M. Mustoxidi, John-Antoine Nau, Antoine Orliac, Costi Palamas, Abel Pelletier, Jeanne Perdriel Vaissière, Cécile Périn, Georges Périn, Jean-Joseph Rabearivelo, Rachilde, Henri de Régnier, Tristan Rémy, Gustave Reynier, Marcel Roche, Paul-Napoléon Roinard, J.-H. Rosny aîné, Jean Royère, Saint-Pol-Roux, V. Sévouni, Shelley, Hilda de Steiger, Henri Strentz, Paul Valéry, Jean-Joseph Van Dooren, Emile Verhaeren, Francis Vielé-Griffin, Pierre Viguié, Voltaire, Gérard Walch, André Wurmser, …
Ill. : Choumoff, …

Bibl. : [ISSN : 2022-5229. Imprimerie Goussard (Melle).
En 1919, Paul et Georges Jamati fondent Rythme et Synthèse, une revue de poésie cosmique, principalement vouée à la propagation de l’esthétique de René Ghil (1862-1925).
En 1926, publication d’un numéro hors série d’« Hommage à René Ghil » [Arsenal : 8- NF- 57873 / BnF : 8- Z- 8214].
Cf. Éditions Rythme et Synthèse.


On peut lire :
- Mathieu Bénézet, « L’extrême extrémité de René Ghil », Histoires Littéraires, n° 10, avril- juin 2002, p. 10-27
- René Ghil, De la poésie scientifique & autres écrits, Ellug, 2008, 300 p. (éd. Jean-Pierre Bobillot)
- René Ghil, Les Dates et les Œuvres. Symbolisme et Poésie scientifique, Ellug, 2012, 376 p. (éd. Jean-Pierre Bobillot)
[Arsenal : 8- JO- 23479] [BnF : (MFICHE) 8- Z- 8214]


 

Rythme-et-Synthese-HS-1926-1.jpg

- Rythme et Synthèse, n° spécial, 1926 [176 p.] / « Hommage à René Ghil (1862-1925) »
[Portrait hors texte]

 

Rythme-et-Synthese-HS-1926-2.jpg

Francis Viélé-Griffin, À René Ghil (p. 3-4),
Paul Jamati, Funérailles (p. 7-13),
[Quelques hommages] Autant-Lara, P.-N. Autant et Akakia-Viala, Nicolas Beauduin, N. Berthonneau, Ferdinand Brunot (doyen de la Faculté des Lettres de Paris), Jean Cassou, Paul Castiaux, Charles Cousin, Lucie Delarue-Mardrus, Pierre Devoluy, Fernand Divoire, Edouard Dujardin, André Fontainas, Jean de Gourmont, Marcel Gromaire, Henriette et Augustin Hamon, A.-Ferdinand Hérold, Henri Hertz, Jane Hugard, Sébastien-Charles Leconte, Dr. J.C. Mardrus, Marcel Martinet, Alexandre Mercereau, Pierre Mille, Albert Mockel (de l’Académie belge), Gaston Moreilhon, Antoine Orliac, Abel Pelletier, Jeanne Perdreil-Vaissière, Cécile Périn, J.J. Rabearivelo, Rachilde, Henri de Régnier (de l’Académie française), Gustave Reynier (professeur à la Sorbonne), Paul-Napoléon Roinard, J.-H. Rosny Aîné (de l’Académie Goncourt), Saint-Pol-Roux, Henri Strentz, Paul Valéry (de l’Académie française), J.J. Van Dooren, Fred. A. Angermayer, Zabel Essayan, Halina Izdebska, Sibe Milicic, V. Sevouni, Hilda de Steiger (p. 17-49),

[Un poème inédir de René Ghil]
René Ghil, Paroles pour le mariage [Écrit pour Mademoiselle Jeanne Berthonneau et Monsieur Marcel Gromaire et dit au matin de leur Mariage, le 7 avril 1920 (Note de l’auteur)],

[Quelques lettres inédites]
Joris-Karl Huysmans [8 août 1886 / 20 mai 1887], Stéphane Mallarmé [s.d.], Emile Verhaeren [s.d.], Valère Brussov [14-27 février 1904 / 13-26 avril 1904], Paul Adam [s.d.], John Antoine Nau [21 janvier 1906], Max Elskamp [s.d.] (p. 57-66),

René Ghil, Mer montante [hors texte reproduction d’un poème manuscrit],

[Aspects]
Constantin Balmont, René Ghil, homme des sorts (p. 69-73),
Jean Royère, René Ghil mystique (p. 74),
Marius-Ary Leblond, René Ghil et la science (p. 75-77),
Marcel Batilliat, René Ghil et l’Œuvre-une (p. 78-80),
Gabriel Brunet, René Ghil poète épique (p. 81-88),
Georges Jamati, La pensée de René Ghil (p. 89-92),
Paul Jamati, Les découvertes techniques de René Ghil. L’instrumentation verbale et les rythmes évoluants (p. 93-98),
Noël Bureau, De l’intuition dans la poésie de René Ghil (p. 99-104),
Florian-Parmentier, René Ghil et son influence (p. 105-110),
Gérard Walch, René Ghil et le Pantoun des Pantoun (p. 111-118),
Alexis de Holstein, René Ghil, poète javanais (p. 119-124),
Armand Got, René Ghil, poète des écoliers (p. 125-135),
René Morand, René Ghil intime (p. 136-139),
L. Charles-Baudouin, L’isolement de René Ghil (p. 140-141),
Pierre Viguié, René Ghil au "Sublet" (p. 142-144),
Alexandra de Holstein, À René Ghil.. Souvenirs d’une collaboration et d’une très grande amitié (p. 145-151),
Jean de Cours, Adieu à René Ghil (p. 152-157),
Sadia Lévy, Kinah pour la mort de René Ghil (p. 159-160),

[La presse et la mort de René Ghil]
Journaux : L’intransigeant (Les Treize) / Le Figaro (Les Alguazils) / Comœdia (L[ouis] de G[onzague] F[rick]) / Le Temps / Le Journal (Le Chat) / L’illustration (Paul-Emile Cadihac) / Le Mémorial des Deux-Sèvres (Jacques Renaud) / Liège (Emile Dantienne) // Revues : Journal Littéraire (Florian-Parmentier) / La Vie (John Charpentier) / Mercure de France (Jean Royère et R. de Bury) / Le Monde Nouveau (Marcello-Fabri) / Montparnasse (Paul Husson) // La Presse étrangère (La Semaine Littéraire, Le Canada, Il Dario, Privar, Nor Lour, La Renaissance Russe, Les Dernières Nouvelles, Feuillets Littéraires, Gochnak, …) (p. 163-168),
***, Bibliographie [Vers / Prose / Traductions / Poésies mises en musique / Récitations / Conférences / Théâtre / Collaborations / Iconographies / À consulter] (p. 169-175),
***, Tables des Matières (p. 177-178).


Note(s) :
« Il a été tiré de ce numéro spécial 10 exemplaires sur hollande, hors commerce, 60 exemplaires sur vergé alfa, à 10 francs 1.000 exemplaires sur vélin bouffant, à 5 francs ».

- Armand Got, René Ghil, poète des écoliers (p. 125-131) donne à la fin de son étude quatre poèmes de René Ghil suivis de ses commentaires : « Le chant du pêcheur de sardines », « La Ronde du filet », « Petit Pantoum des douze mois » et « Berceuse d’après-midi ».

    « Un soir, on lui demande de réciter sa "Danse aux violons", son "Chant du batelier", et le voici debout, le lorgnon aux doigts. Il a les épaules solides, les cheveux noirs et fournis, du plaisir aux yeux ; discrète mais marquée, la cadence du pied soutient la voix musicale, et les mots prennent leur vie, et l’arabesque s’inscrit. Le poème éteint, chacun se sent en état de grâce. Mais le voilà mis en goût, il ferme son livre et propose de lire des vers de Georges Fourest. Charmants et cocasses dans leur solennité, ils font rire, et lorsque René Ghil prononce : "Et pas de René Ghil, ça me f… mal aux dents", il s’arrête soudain pour essuyer des larmes de joie.
    Il y eut aussi des récitations de poèmes de Mallarmé où l’on entendit "Brise marine", "Le cygne", d’autres…
    Un dimanche, ceux qui avaient collaboré à un Hommage à René Ghil, plaquette tirée à petit nombre et que motiva son 60e anniversaire, lurent les poèmes qu’ils lui avaient dédiés. Je revois la modestie émue de son maintien devant cette affectueuse démarche d’admiration où il trouvait la preuve que sa philosophie, la haute qualité de son lyrisme, ses théories poétiques avaient rejoint de nombreuses sensibilités
[…] »
(René Morand, « René Ghil intime », Rythme et Synthèse, n° spécial, 1926, p. 138-139).

Éditions Rythme et Synthèse :
- Paul Jamati, Le vent de guerre, poème symphonique, précédé d'une préface et suivi de deux études, Éd. Rythme et Synthèse, 1921, 56 p.
- Gaston Moreilhon, Au pays des guignols et des marionnettes, t. I. La vision du petit homme, Éd. Rythme et Synthèse, 1922, p.
- [collectif], Hommage à René Ghil (27 septembre 1922), Éd. Rythme et Synthèse, 1922, 38 p. Par huit poètes et trois xylographes [25 ex. h.c.]
- Alexis de Holstein, In Memoriam, 18 février 1917, Éd. Rythme et Synthèse, 1923, 44 p.
- Hilda de Steiger, L’autel inachevé, Éd. Rythme et Synthèse, 1924, 91 p. Préface de René Ghil
- Noël Bureau, Ruptures, Éd. Rythme et Synthèse, 1925, 133 p. Ill. Marcel Gromaire
- Paul Jamati, Petite suite pour Monique morte, Éd. Rythme et Synthèse, 1925, 40 p.
- Jane Hugard, Poèmes bleus teintés de gris, Éd. Rythme et Synthèse, 1926, 57 p.

Rythme-et-Synthese-HS-1926-3.jpg

***

   « Il me souvient que Verlaine me parla, sans compréhension générale d’ailleurs, des vers à pieds impairs. C’était un commentaire amusant, à grands gestes terribles soudain, de son poème : "Art Poétique", qu’il me parut comprendre lui-même, surtout comme un acte d’irrévérence, à peine de révolte, envers le Parnasse pour lequel il eut de dures expressions. Puis il s’emporta, l’orage monta parmi la monstrueuse face,– et il invectiva Mendès de qui le succès l’énervait, il se compara à François Coppée et le railla amèrement.
Et tout à coup, gamin, il endossa son pardessus, prit sa canne et son chapeau mou, malmené :


- Maintenant, on va prendre quelque chose, me dit-il.

Et, malgré mes dénégations, il m’entraînait devant le comptoir et, quand il m’eût présenté au ‘patron’ : "Jeune poète, vous savez !", il commanda du vin :

- Et pas du broc, hein ! ponctua-t-il d’un coup de poing retentissant. Du vin de la bouteille !

Il remarqua hélas mon verre resté plus qu’à demi-plein et le vider me sauva seulement de sa colère ! […] »
(René Ghil, Les Dates et les Œuvres. Symbolisme et Poésie scientifique, Ellug, 2012 (éd. Jean-Pierre Bobillot), [IV. Quatre visites à Verlaine, p. 122-123]

Fermer Fermer


Date de création : 28/08/2015 01:25
Catégorie : -
Page lue 2907 fois

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Recherche
Recherche

Copyright 2010-2017 - http://www.revues-litteraires.com
|
|
|