Calendrier
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 60 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Vous êtes ici :   Accueil » Exils (1952)
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.revues-litteraires.com/data/fr-articles.xml

- Exils (1952)
« Revue semestrielle de poésie internationale »
Paris (14, rue de Castiglione, 75001). Librairie Stock. In-8, br. [96 p.]
Dir. : Alain Bosquet et Edouard Roditi
Un numéro unique (octobre 1952)

Part. : Rafael Alberti, Jorge Carrera Andrade, E.M. Cioran, Federico Garcia Lorca, Armand Guibert, Pierre Jean Jouve, Libero de Libero, Archibald MacLeish, Loys Masson, Henri Michaux, Eugenio Montale, Jean Paulhan, Fernando Pessoa, Rainer Maria Rilke, Jules Romains, Saint-John Perse, Georges Schéhadé.
Trad. : […]

Bibl. : [ISSN : / . Impr. de Darantière (Dijon). Achevé d’imprimer 24 octobre 1952.
Cf. les autres revues dirigées par Alain Bosquet (1919-1998) :
- Pylone (1939)
- Das Lot (1947-1952)
- Profils (1952-1956)
- Planètes (1954-1955)
- L’VII (1959-1968) [Bruxelles]
- B + B (1970-1973) [Bruxelles]
- Nota Bene (1981-1995)

Lettre de Saint-John Perse à Alain Bosquet (Washington, 30 novembre 1951) : « Dernière réponse : le poème "Midi, ses fauves, ses famines…" (que je vous ai communiqué pour le premier numéro de votre revue Exils) était un court fragment de l’œuvre Amers. Non je ne puis, malgré toute la sympathie et la solidarité que je voudrais vous témoigner en ce moment dans votre courageuse entreprise de directeur de revue, vous laisser rien attendre pour votre prochain numéro : pour la simple raison que je n’aurais rien de disponible à détacher d’aucune œuvre en cours » (p. 106).

Lettre d’Alain Bosquet à Saint-John Perse (20 mars 1952) : « L’occasion se présente pour moi – après des marchandages parfois assez vils et qui ont duré un an – de fonder cette revue de poésie à caractère international dont nous avons parlé une fois à Washinghton. Quelque chose qui comblerait mais très modestement – le vide laissé par Bifur, Mesures, La Licorne, quelque chose d’un peu semblable à Das Lot, deux fois par an : cela suffit pour une publication qui ne s’occupe que de poésie et de ses problèmes annexes. Titre de la revue : Exils au pluriel, et, en exergue, cette citation : "Et c’est l’heure, ô Poète, de décliner ton nom, ta naissance et ta race" » (…) « Au sommaire provisoire du premier numéro : Rilke, Lorca, Nietzsche, Frague, Fernando Pessoa, Antonio Machado, Unanimo, Jorge Guilen, Rafael Alberti, Gottefried Benn, et le suédois Gunna Ekelöf, Archibald MacLeish, Gaston Bachelard, E.M. Cioran, et peut-être Paulhan, … » (…) « Et les français me direz-vous ? Il s’agit là d’être d’une sévérité absolue. Pierre Jean Jouve, Henri Michaux, René Char et Georges Schéhadé. Je ne veux ni d’Eluard, ni de Breton, ni de Queneau pour commencer. Pas même Supervielle » (p. 108-109).

Lettre de Saint-John Perse à Alain Bosquet (s.d. 1952) : « La revue se révèle organique : elle s’articulera peu à peu d’elle-même et gagnera sans doute à s’étoffer de gloses plus nourries, pour échapper à la monotonie des florilèges, à leur passivité » (p. 143).

- Correspondance Alain Bosquet-Saint-John Perse (1945-1975), Gallimard, « Les cahiers de la NRF », 2004, 242 p. (éd. Michèle Aquien et Roger Little) [quelques lettres de SJP à AB avaient paru dans l’édition de La Pléiade]
- Fonds Paul Destribats, n° 561, p. 218
[BnF : (MFICHE) 8- Z- 32183]

- Exils (1952)
« Revue semestrielle de poésie internationale »
Paris (14, rue de Castiglione, 75001). Librairie Stock. In-8, br. [96 p.]
Dir. : Alain Bosquet et Edouard Roditi
Un numéro unique (octobre 1952)

Part. : Rafael Alberti, Jorge Carrera Andrade, E.M. Cioran, Federico Garcia Lorca, Armand Guibert, Pierre Jean Jouve, Libero de Libero, Archibald MacLeish, Loys Masson, Henri Michaux, Eugenio Montale, Jean Paulhan, Fernando Pessoa, Rainer Maria Rilke, Jules Romains, Saint-John Perse, Georges Schéhadé.
Trad. : […]

Bibl. : [ISSN : / . Impr. de Darantière (Dijon). Achevé d’imprimer 24 octobre 1952.
Cf. les autres revues dirigées par Alain Bosquet (1919-1998) :
- Pylone (1939)
- Das Lot (1947-1952)
- Profils (1952-1956)
- Planètes (1954-1955)
- L’VII (1959-1968) [Bruxelles]
- B + B (1970-1973) [Bruxelles]
- Nota Bene (1981-1995)

Lettre de Saint-John Perse à Alain Bosquet (Washington, 30 novembre 1951) : « Dernière réponse : le poème "Midi, ses fauves, ses famines…" (que je vous ai communiqué pour le premier numéro de votre revue Exils) était un court fragment de l’œuvre Amers. Non je ne puis, malgré toute la sympathie et la solidarité que je voudrais vous témoigner en ce moment dans votre courageuse entreprise de directeur de revue, vous laisser rien attendre pour votre prochain numéro : pour la simple raison que je n’aurais rien de disponible à détacher d’aucune œuvre en cours » (p. 106).

Lettre d’Alain Bosquet à Saint-John Perse (20 mars 1952) : « L’occasion se présente pour moi – après des marchandages parfois assez vils et qui ont duré un an – de fonder cette revue de poésie à caractère international dont nous avons parlé une fois à Washinghton. Quelque chose qui comblerait mais très modestement – le vide laissé par Bifur, Mesures, La Licorne, quelque chose d’un peu semblable à Das Lot, deux fois par an : cela suffit pour une publication qui ne s’occupe que de poésie et de ses problèmes annexes. Titre de la revue : Exils au pluriel, et, en exergue, cette citation : "Et c’est l’heure, ô Poète, de décliner ton nom, ta naissance et ta race" » (…) « Au sommaire provisoire du premier numéro : Rilke, Lorca, Nietzsche, Frague, Fernando Pessoa, Antonio Machado, Unanimo, Jorge Guilen, Rafael Alberti, Gottefried Benn, et le suédois Gunna Ekelöf, Archibald MacLeish, Gaston Bachelard, E.M. Cioran, et peut-être Paulhan, … » (…) « Et les français me direz-vous ? Il s’agit là d’être d’une sévérité absolue. Pierre Jean Jouve, Henri Michaux, René Char et Georges Schéhadé. Je ne veux ni d’Eluard, ni de Breton, ni de Queneau pour commencer. Pas même Supervielle » (p. 108-109).

Lettre de Saint-John Perse à Alain Bosquet (s.d. 1952) : « La revue se révèle organique : elle s’articulera peu à peu d’elle-même et gagnera sans doute à s’étoffer de gloses plus nourries, pour échapper à la monotonie des florilèges, à leur passivité » (p. 143).

- Correspondance Alain Bosquet-Saint-John Perse (1945-1975), Gallimard, « Les cahiers de la NRF », 2004, 242 p. (éd. Michèle Aquien et Roger Little) [quelques lettres de SJP à AB avaient paru dans l’édition de La Pléiade]
- Fonds Paul Destribats, n° 561, p. 218
[BnF : (MFICHE) 8- Z- 32183]

Fermer Fermer


Date de création : 25/08/2015 15:42
Catégorie : -
Page lue 1330 fois

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Recherche
Recherche

Copyright 2010-2017 - http://www.revues-litteraires.com
|
|
|